Association des Ecrivains de Bretagne

bandeau accueil

Zénaïde Fleuriot, une romancière bretonne du XIXe siècle

par Daniel CARFANTAN

Zénaïde Fleuriot, une romancière bretonne du XIXe siècle

Zénaïde Fleuriot, romancière bretonne née à St-Brieuc le 28 octobre 1829, auteure de 83 romans dont les plus connus étaient destinés aux jeunes filles de bonne famille. Elle succéda à la Comtesse de Ségur chez Hachette à la mort de celle-ci en 1874.

Elle est très influencée par l'éducation qu'elle a reçue de son père, lui-même marqué par son éducation religieuse et par les excès de la Révolution notamment aux dépens de l'église et de ses représentants.

Classée dans la catégorie « littérature pour la jeunesse », au regard de la majorité de ses romans, elle a écrit d'autres romans moins connus où elle témoigne de ce qu'elle a vécu durant le « Siège de Paris » par les Prussiens et la « Commune de Paris ». Elle raconte sa ville natale St-Brieuc, sa jeunesse dans la résidence parentale du Palacret à St-Laurent près de Bégard dans les Côtes d'Armor, sa vie à Paris auprès d'une congrégation religieuse, ses séjours à Rome, ...
A partir de 1873, ses romans sont inspirés de sa vie dans sa résidence d'été à Locmariaquer dans le Morbihan. Ses romans relatent la pensée et les coutumes de l'époque.

Elle décède le 19 décembre 1890 à Paris et est inhumée à Locmariaquer. Sa sépulture et sa maison existent toujours.

À propos de l’auteur

Daniel Carfantan, né à Rennes en 1945, mais dont les racines sont bien implantées en Côtes-d’Armor, navigue entre région parisienne et Locmariaquer (Morbihan), lieu de villégiature où, dès la retraite, il s’improvise « bouquiniste ». C’est au cours de cette nouvelle activité et au travers de cartes postales qu’il fait connaissance avec Zenaïde Fleuriot, célèbre romancière de son époque, surnommée « La comtesse de Ségur bretonne ». À la demande d’une clientèle curieuse d’en lire toujours plus sur l’écrivaine, il procède à des recherches d’ouvrages, et parallèlement anime un parcours littéraire sur l’empreinte qu’elle a laissée à Locmariaquer. Enfin, il s’attache progressivement à ce singulier personnage au point de prendre la plume à son tour et d’en partager les grands traits de sa vie et de son œuvre. C’est ainsi qu’en 2013, à la demande du collectif associatif du Palacret (ancienne résidence de la famille Fleuriot), il rédige un modeste livret Sur les traces de Zénaïde Fleuriot et en juin dernier il publie Zénaïde Fleuriot, une romancière du XIXe siècle aux Éditions d’Art Henry des Abbayes à Fougères : http://editionsdesabbayes.blogspot.com/


Retour en haut