Association des Ecrivains de Bretagne

bandeau accueil

QUAND TU SERAS GRANDE, TU COMPRENDRAS

par Sandrine ENGELDINGER

Labourier-Engeldinger

Dynamique et audacieuse, entre ses deux garçons et la reprise de l'entreprise familiale, Angeline Caradec va vivre un bouleversement personnel et universel, à la faveur d'un voyage professionnel en Allemagne...

De la Bretagne sud aux paysages germaniques, Angeline se posera mille questions mais les réponses révélées vont lui ouvrir un nouveau chapitre de sa vie.

Un premier roman initiatique, qui enterre définitivement le fameux "ça n'arrive pas qu'aux autres" !

Un roman d'une vie qui, peut-être, serait la vôtre...

À propos de l’auteur

Il y a un peu plus d’un an, Sandrine Le Labourier-Engeldinger, 50 ans, écrivait son tout premier roman. Elle qui s’est toujours exprimée par les mots (mais pas que) depuis son plus jeune âge en écrivant, enfant, des poèmes et des contes, avait décidé de faire le grand saut. Et avait trouvé un très grand plaisir à le faire à un tel point qu’elle annonçait déjà se pencher sur un second ouvrage

« Angeline, c’est moi »

Après « Quand tu seras grande, tu comprendras », voici donc la suite des aventures d’Angeline avec « Vis ta vie, vis tes rêves ». Une femme, ancienne professeur de français qui, arrivée à la cinquantaine, se penche sur son histoire. Celle d’un papa décédé très tôt. Celle d’un amour entre un soldat allemand et une Française. « Oui, c’est un peu mon histoire, celle de ma famille. Elle a mon âge et est à la tête d’une entreprise aéronautique à l’aéroport de Vannes-Meucon. Angeline va alors faire des recherches sur son père en se rendant en outre-Rhin », rappelle l’auteure. Le tout sous une approche forcément romancée.

Sandrine parle même d’une « vie parallèle à la sienne ». Parfois même « prémonitoire ».

Un troisième livre
Sûrement cette maman de deux grands enfants, commerciale dans la littérature jeunesse, avait-elle besoin de se raconter.

Je ne recherche pas la notoriété. Écrire me fait un bien fou.



Autres livres de Sandrine ENGELDINGER

Retour en haut